vendredi 28 avril 2017

Pour une éducation chrétienne : le bien et le mal

Réflexion critique au sujet de "l'éducation bienveillante", 
à la lumière de ma vision de l'éducation chrétienne


Après avoir discuté de la question du bonheur, voici maintenant celle de la morale, de l'apprentissage du discernement du Bien et du Mal... et du péché.

Attention, je veux simplement ici partager cette réflexion avec vous... et certainement pas me citer en exemple parfait :-)

Péché, mot peu à la mode, mais qui ne peut être absent d'une éducation chrétienne, non pas pour faire peur ou pour accabler les enfants (et les adultes...) mais pour une liberté vraie.


Il s'agit bien là de condamner les actes et pas les personnes (il n'y a pas de mauvaises personnes, mais il y a des actes mauvais).

On parle souvent de l'âge de raison, on dit parfois que l'enfant avant 6 ou 7 ans n'a pas conscience du Bien et du Mal. Mais sans attendre que l'enfant en ait pleinement conscience, il n'est pas nécessaire d'attendre aussi tard pour parler de cela. Dès 3 ou 4 ans, selon la maturité de chacun, un enfant peut commencer à comprendre, à son niveau, qu'il s'est laissé entraîner... et donc se confesser (les bonnes habitudes se prennent tôt).


1) Un petit enfant peut-il pécher, être attiré par le mal ? 

L'ENV semble dire qu'un enfant écouté, materné, choyé, aimé, sera forcément bon, heureux, épanoui, ... sauf que non, son âme, son cœur, son corps aussi, sont blessés, parce ce que l'on appelle le péché originel.

Un peu de doctrine : qu'est-ce que le péché originel ?
(387) La réalité du péché, et plus particulièrement du péché des origines, ne s’éclaire qu’à la lumière de la Révélation divine. Sans la connaissance qu’elle nous donne de Dieu on ne peut clairement reconnaître le péché, et on est tenté de l’expliquer uniquement comme un défaut de croissance, comme une faiblesse psychologique, une erreur, la conséquence nécessaire d’une structure sociale inadéquate, etc. C’est seulement dans la connaissance du dessein de Dieu sur l’homme que l’on comprend que le péché est un abus de la liberté que Dieu donne aux personnes créées pour qu’elles puissent l’aimer et s’aimer mutuellement.
(c'est moi qui souligne)
Ça vous rappelle quelque chose ? 😄 Un enfant qui agit mal n'est pas seulement un enfant mal écouté / qui cherche à attirer l'attention / ... mais c'est un enfant dont l'âme est blessée, dès la conception, et donc tentée par le mal.

Alors bien sûr, il est illusoire (et faux !) de vouloir séparer le spirituel de l'humain, car le péché prend racine dans nos faiblesses... Mais la faiblesse n'explique pas tout. Le tentateur vient nous séduire par là où nous sommes faibles, mais nous sommes libres de résister, avec la grâce divine.

Dans la littérature "ENV", on lit beaucoup, beaucoup, beaucoup... autour de l'immaturité affective, psychologique, etc des enfants, qui entraînent ces difficultés de comportement, mais jamais (enfin, je n'ai jamais lu cela... indiquez moi si je me trompe !) de nommer le Bien et le Mal.
Un enfant qui se met en colère, c'est un enfant qui n'arrive pas bien à exprimer ce qu'il ressent, mais il est essentiel de dire aussi que c'est mal.

Cela dit, il me semble illusoire et même néfaste d'indiquer à un enfant ses défauts et à l'inciter à les corriger sans essayer d'apaiser en parallèle les blessures et faiblesses psychologiques qui peuvent être des failles par lesquelles ils sont tentés.
C'est là où la discipline positive peut avoir un regard intéressant, pour éclairer la psychologie de l'enfant, donner des conseils de communication efficace, faire en sorte de "parler le langage d'amour" de son enfant, ...




2) Qu'est-ce qui est le Bien ?
(396) Dieu a créé l’homme à son image et l’a constitué dans son amitié. Créature spirituelle, l’homme ne peut vivre cette amitié que sur le mode de la libre soumission à Dieu. C’est ce qu’exprime la défense faite à l’homme de manger de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, " car du jour où tu en mangeras, tu mourras " (Gn 2, 17). " L’arbre de la connaissance du bien et du mal " (Gn 2, 17) évoque symboliquement la limite infranchissable que l’homme, en tant que créature, doit librement reconnaître et respecter avec confiance. L’homme dépend du Créateur, il est soumis aux lois de la création et aux normes morales qui règlent l’usage de la liberté.
La faute originelle d'Adam et Eve, c'est d'avoir voulu vivre sans l'Amour divin, de s'être donné à eux-même leur propre loi, sans obéir à son commandement d'amour (c'est le sens de l'arbre de la connaissance du bien et du mal).
Quand on se reconnaît créature, qu'on reconnaît Dieu comme la source de la Vie, on comprend que la liberté n'est pas de pouvoir choisir tout ce que l'on veut, mais de choisir le Bien (si je choisis de manger toute la plaquette de chocolat [de rouler trop vite sur la route, de ...], je n'exerce pas ma liberté, je suis esclave de mes passions).
On dit souvent que "ma liberté s'arrête là où celle des autres commence", c'est vrai, mais c'est partiel. 

Cela entraîne un devoir chrétien d'éducation de la conscience et de la formation du jugement. Par moi-même, je ne peux pas percevoir complètement où sont le Bien et le Mal, c'est Dieu (par l'Eglise) qui m'indique la loi. La bonne intention n'est pas garante d'un acte véritablement Bon. Le relativisme nous guette à tous les tournants de la vie.

Donc ce n'est pas parce que l'enfant "voulait bien faire" qu'il ne faudrait rien corriger de son acte (cf les élucubrations récentes au sujet de l'enseignement nouveau de la grammaire... "Il faud" est justifiable parce qu'on dit "il faudrait").

La conscience morale est donc un merveilleux don de Dieu, mais ce n’est pas elle qui décide de ce qui est bien ou mal. Elle a donc besoin d’être formée à la Vérité qui rend libre. Faire du libre arbitre un absolu et de la conscience humaine le fondement de la vie morale est à l’origine des graves désordres de notre société contemporaine. (Père Y. Bonnet)

On parle donc du péché, non pas pour faire peur mais pour faire comprendre qu'une action mauvaise l'est par essence et pas (seulement) parce que l'autre se sent mal après (voler un riche, c'est mal ! ) (même s'il est bien sûr important de montrer les conséquences négatives d'un acte mauvais ! mais même si elles sont cachées ou néfastes à long terme, elles sont toujours présentes).

Conclusion

Oui, c'est vrai, les enfants sont encore en tout début de construction et il ne s'agit pas de les faire culpabiliser, des les accabler de reproches, mais de montrer la faute... et qu'elle peut être effacée par le pardon demandé et reçu.



Une fois le calme revenu, par exemple lors de la prière du soir, on peut proposer à l'enfant de faire un bref examen de conscience : qu'ai-je fait de mal ? ai-je toujours fait le bien que j'aurais pu faire (péché par omission) ? tout en gardant une juste mesure, selon l'âge et la maturité de l'enfant.

Et il est essentiel que l'enfant expérimente la joie du pardon demandé et reçu, envers les autres et envers Dieu.
(petite parabole : quand je fais un péché, je coupe la corde qui me relie à Dieu.  Quand je me confesse et que je suis pardonné, Dieu fait un nœud à la corde : le lien est rétabli... et je suis plus proche de Dieu).

"Heureuse faute qui nous valût un tel Rédempteur" !


Je vous renvoie à l'article complet du Catéchisme de l'Eglise Catholique pour en savoir plus.

7 commentaires:

  1. Merci pour cette série d'articles avec laquelle je suis bien en accord. Je trouve qu'il manque à l'heure actuelle de grands penseurs chrétiens qui feraient une synthèse de tout celà....
    Je suis en train de lire un livre inédit de Maria Montessori, paru en 2015 pour la première fois en français ! Il s'agit de Dieu et l'enfant et autres écrits inédits aux éditions Parole et Silence (22euros). C'est juste magnifique ! Très éclairant. Je vous le recommande vivement !

    Et pour ceux qui vont à la messe de Saint Pie V, elle explique comment apprendre aux enfants à connaître et se repérer dans la messe, en fonction des parties de la messe, de la place du prêtre dans le chœur, de ses gestes et des objets liturgiques.
    Servane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci.
      Oui j'ai très envie de lire ce livre, je le note tout de suite sur ma liste !

      Supprimer
  2. Au fait, à partir de quand emmenez-vous vos enfants se confesser ? Allez-vous avec le prêtre qui "confesse ce jour là" ou bien le "choisissez-vous" ? ....
    Par ailleurs j'ai aussi la messe expliquée aux enfants et la vie en Jésus Christ qui ne sont plus publiés à l'heure actuelle. Je n'ai pas encore eu le temps de les lire mais si celà vous intéresse, la poste nous rendra service !
    Servane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils appartiennent au mouvement de "Mission thérésienne", la confession est proposée 2 fois par an, même aux tout-petits (3 ans). Au début c'est juste une démarche symbolique, ils demandent pardon et le prêtre donne une bénédiction et une bougie à apporter à l'autel.
      Ce sont des prêtres qui ont l'habitude des enfants, et que nos enfants connaissent, cela aide.

      Supprimer
    2. Vous en avez de la chance !
      Comme ma grande va sur ses 5 ans, j'aimerais que ce soit "bien" fait. Je vais en toucher 2 mots avec notre curé.
      Servane

      Supprimer
  3. Bonjour. Ce blog est très bien fait mais la je m'attriste​ de cet article. La parentalité bienveillante et la communication non violente sont en plein
    accord bibliques.
    Pour en savoir plus httpsikoleos.wordpress.com/2015/12/09/parentalite-bienveillante-et-foi-chretienne/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de m'avoir lue.

      Je ne pense pas que l'ENV et l'éducation chrétienne s'opposent frontalement et je partage la plupart des idées exposées sur cette page.
      Cependant, il me semble que, sur certains points, il manque quelque chose à l'ENV pour être en plein accord avec l'éducation chrétienne.

      Voudriez-vous me dire précisément ce avec quoi vous êtes en désaccord dans cet article ? Peut-être ai-je mal précisé ma pensée.

      Supprimer